Vacances iodées sur la Presqu’île de Rhuys

Lorsque la question des vacances d’été en famille s’est posée, nous n’avons pas vraiment cherché plus loin que la Bretagne ! C’est que nous sommes bel et bien accros à la région ! Et nous restons fidèles au Morbihan, même si nous l’abandonnons quelquefois pour le Finistère. C’est après avoir découvert sur Instagram les paysages de la Presqu’île de Rhuys que j’ai harcelé Monsieur pour que l’on séjourne dans ce coin de Bretagne que nous ne connaissions pas. C’était l’occasion parfaite de revoir la Baie de Quiberon ainsi que le Golfe du Morbihan et de visiter au moins l’une de ses îles. Nous avons alors posé nos valises sur la pointe nord de la presqu’île, dans un sympathique Airbnb sur le Port du Crouesty, à Arzon, et nous n’avons pas regretté notre choix ! Voici quelques souvenirs de vacances qui racontent pourquoi !

Arzon

Le Port du Crouesty se situe sur la commune d’Arzon donc, à l’entrée du Golfe du Morbihan. Ce petit port de plaisance est plutôt touristique et animé avec ses boutiques, ses restaurants et des artistes de rue qui se produisent ici le soir. Le village n’est pas bondé pour autant et reste agréable, notamment au soleil couchant. Il est aussi le point de départ de chemins de randonnée appartenant au GR34 – le fameux sentier des douaniers – sur lesquels nous nous sommes aventurés tous les trois !

Nous avons d’abord emprunté le Chemin du Petit Mousse jusqu’à la plage de Port-Blanc à Port-Navalo. Ce chemin côtier s’appelle ainsi suite au repêchage d’un marin au XIXe siècle, qui n’a pas pu être identifié et qui a été enterré là, face à la Baie de Quiberon. C’est de loin la balade que j’ai préférée pour ses paysages sauvages et ses petites plages mais aussi pour cet apéro impromptu que nous avons pris en arrivant à Port-Navalo, au-dessus de la plage, au soleil et en musique : un de mes meilleurs souvenirs de ces vacances ! 

Nous avons aussi crapahuté de l’autre côté du port, sur un sentier escarpé depuis la chapelle Notre Dame du Croisty jusqu’au Cairn du Petit Mont (qui se trouve à deux pas de la plage du Fogeo). Ce site mégalithique vieux de plus de 6000 ans fut utilisé par les hommes du Néolithique, puis durant l’époque gallo-romains et enfin pendant la Seconde Guerre mondiale (un bunker y fut construit).  En face de nous, si le temps l’avait permis, nous aurions aperçu Belle-Île.

Enfin, nous sommes allés un peu plus loin, à Kerners, pour marcher sur un chemin côtier situé sur la Pointe Saint-Nicolas, non loin du moulin à marées de Pen Castel, qui date du début du XIIe siècle. Nous avons marché sur 2km – Flavien aussi ! – et l’Île-aux-Moines se trouvait face à nous.

Île-aux-Moines

C’est d’ailleurs de Kerners que nous sommes partis avec Le Passeur des îles pour nous rendre sur l’Île-aux-Moines. Nous avons tout de suite cherché un endroit pour déjeuner et nous sommes tombés sous le charme du salon de thé Au Chat Qui Boit La Tasse, de son accueil et de ses en-cas fait maison. Nous nous nous sommes ensuite promenés sur l’île en suivant deux des quatre itinéraires proposés, balisés par couleurs et pour lesquels des temps de parcours sont indiqués. Seul hic : les piétons et les vélos peuvent emprunter les mêmes itinéraires et se gênent donc mutuellement et continuellement. Mais les magnifiques vues sur le golfe et les jolies maisons bretonnes valent bien ce désagrément. La découverte du Cromlech de Kergonan également. Datant du Néolithique, cet ensemble de 24 pierres érigées sur un hémicycle d’environ 101m de diamètre est le cromlech le plus large de France. Autant vous dire que j’ai adoré son petit côté Outlander !

Brillac

Alors que Monsieur participait à une course nature à Brillac, situé sur la commune de Sarzeau, Flavien et moi en avons profité (avant d’aller le retrouver) pour faire une balade mère-fils sur un chemin côtier situé non loin de la ligne d’arrivée. L’association parfaite de la lumière du soir et de la marée basse nous a offert des paysages sublimes. Je suis même tombée sous le charme de plusieurs maisons qui se trouvaient là et je me serais bien vue habiter ici. Tout était si calme et si beau : sans conteste, un autre de mes souvenirs préférés de ces vacances !

Nous aurions pu faire beaucoup d’autres excursions : voir la côte du côté de Saint-Gildas-de-Rhuys, visiter le château de Suscinio, retourner à Vannes… Mais nous avons privilégié les promenades non loin de notre pied-à-terre : les siestes de trois heures de Flavien y ont sans doute été pour quelque chose ! Nous avons aussi profité de l’air frais et iodé qui nous est si cher pour nous reposer ! Et puis nous reviendrons, il va sans dire !

Plus d’infos sur le site de Golfe du Morbihan Tourisme

Et sur le site du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.