Une parenthèse à La Baule-Le Pouliguen

Vous parler de ce week-end me tenait à cœur. Parce que je n’imaginais peut-être pas le potentiel de cette destination, entre Loire Atlantique et Bretagne historique. Et parce que j’y ai vécu une véritable parenthèse enchantée : en amoureux, loin de tout, au grand air, entourés de paysages magnifiques, nous avons profité d’instants cocooning et de belles balades iodées. Voici donc une chouette idée de week-end prolongé et (plus qu’accessoirement!) romantique à La Baule et au Pouliguen.

Ces deux villes se touchent et sont pourtant très différentes. La Baule, c’est la station balnéaire par excellence, l’immense plage face à l’océan Atlantique. Le Pouliguen, c’est le petit bourg breton avec son port de plaisance. Elles ont leur propre charme et elles méritent toutes deux qu’on s’y arrête un moment. Y aller en automne nous a permis de profiter des belles couleurs de cette saison et de jouir d’un calme certain, au regard de l’animation estivale.

Deux jours à la Baule

L’hôtel Garden & Spa Best Western a été notre pied à terre baulois, dans lequel nous avons passé deux très belles nuits. Les chambres sont modernes, décorées avec soin et douillettes à souhait. La salle du petit déjeuner, donnant sur le jardin japonisant, est cosy, et le buffet fort appétissant! Si la nuitée est un peu onéreuse (quoique hors saison, elle reste abordable), le confort, j’ai même envie de dire le moelleux (!), est bien là.  Et avec supplément, on peut s’offrir un soin ou juste se détendre dans l’espace Spa situé au niveau -1 de l’hôtel, donnant lui aussi sur le jardin.

La Baule est synonyme de promenade. En partant du Pouliguen, nous avons arpenté plusieurs fois la promenade Benoit, entièrement piétonne, qui longe les immeubles et maisons qui font face à la baie. Arrivés en centre-ville, on a pu faire du lèche-vitrines sur l’avenue Charles de Gaulle, la jolie rue principale, so chic ! Et nous avons continué à marcher sur le sable si fin de la longue plage de La Baule. On s’est aussi promenés un peu plus loin vers La Baule-les-Pins et un peu plus à l’intérieur des terres pour admirer les belles villas.

Pour se détendre, nous avons fait une halte à l’Espace Hydrotonic. Nous avons ainsi profité de la piscine d’eau de mer chauffée et du parcours hydrotonique, avec ses jets d’eau et ses bassins à bulles. Un hammam, une douche froide, un sauna et encore une douche froide et hop nous étions revigorés! Dans ce Relais Thalasso, on a aussi la possibilité de s’offrir une vraie journée de thalasso, avec des soins au choix en plus de l’accès à l’espace piscine.

Et pour nous remettre de tout ce cocooning, nous nous sommes réfugiés, par deux fois, dans l’ambiance chalet de montagne de la très bonne pizzeria La Cantina.

Deux jours au Pouliguen

A notre arrivée (à pied!) au Pouliguen, nous avons posé nos valises à l’hôtel Casa Cosy, tenu par un couple très sympathique et disponible (pour notamment nous conseiller des balades). Les chambres sont toutes coquettes et ont chacune une couleur dominante. La nôtre était toute mignonnette avec ses nounours en tête de lit et sa salle de bain dans le placard! Le salon de thé, attenant à la boutique, avec son intérieur un peu rétro, sert d’espace petit déjeuner. Et là, nous avons eu le droit à un déjeuner copieux et gourmand!

La ville du Pouliguen est plutôt calme hors saison. Seul le port de plaisance avec ses restaurants, ses bars et sa salle de jeux propose un peu d’animation.

Alors nous avons vadrouillé plus loin vers l’ouest, beaucoup plus loin. Nous avons longé la côte sauvage à pied, du Pouliguen au Croisic, en passant par Batz-sur-Mer. Et au fil de ces quatre heures de marche (vous avez bien entendu, quatre heures!), nous avons pu comtempler des paysages à couper le souffle, vraiment. Nous avions le beau temps avec nous, c’est sûr, mais ce périple avait un véritable parfum d’évasion. Et enfin arrivés au Croisic, au bout du bout de la presqu’île, nous avons fait chemin inverse… en 7mn de train! (Et pour seulement 2€.)

Le lendemain, nous avons loué des vélos pour aller du Pouliguen à Pornichet, en empruntant la belle piste cyclable le long de la plage bauloise. Puis, de retour au Pouliguen, nous avons traversé les marais salants et grimpé une bonne côte pour nous rendre à Guérande. Cette cité médiévale plutôt touristique et très bretonne mérite un petit passage. Mais ce que nous avons retenu de notre périple c’est notre retour de Guérande, lorsque nous étions entourés des marais et que nous avions devant nous l’océan à perte de vue.

Pour nous remettre de nos aventures, nous nous sommes attablés, par deux fois encore, à la crêperie des Korrigans, qui sert des crêpes originales dans une ambiance tamisée.

En bref, ce week-end a été une bulle d’air frais, un cocon douillet. Je me sentais apaisée, ressourcée. Ce week-end a été aussi emprunt de romantisme. Tous les décors s’y prêtaient. C’est sans doute pour cela que j’étais si triste dans le train du retour de quitter cette parenthèse enchantée à deux. Je ne rêve que d’une chose désormais : retourner m’y blottir…

Plus d’infos :

Office de tourisme de La Baule

Office de tourisme du Pouliguen

9 commentaires sur “Une parenthèse à La Baule-Le Pouliguen

    1. Et j’ai oublié de préciser que La Baule est à seulement 3h30 de Paris en TGV (gares de La Baule-Les-Pins et La Baule-Escoublac). TGV qui pousse jusqu’au Pouliguen et au Croisic!

  1. Bonjour!

    J’aime beaucoup vos photos, est-il possible de pouvoir utiliser l’une d’entre elles pour créer une affiche pour un tournoi de tennis étudiant se déroulant à la baule cet été?

    Merci d’avance!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.