Deux jours en pays stéphanois

Cet été, j’ai été invitée par l’Office de Tourisme de Saint-Etienne à découvrir le pays stéphanois ! Parce que non, il n’y a pas qu’une équipe de foot et d’anciennes mines de charbon à Saint-Etienne ! Et la ville est loin d’être austère, comme on pourrait l’imaginer ! Elle est forte de son passé industriel et de son histoire sociale. Elle est aussi la seule en France (et la troisième en Europe avec Berlin et Gratz) à être classée « Ville créative Unesco de design » ! Saint-Etienne se souvient et se réinvente. Et elle est entourée de sites naturels et patrimoniaux qui valent le détour. Face à la richesse de Saint-Etienne et de ses environs, y passer deux jours, c’est finalement peu !

Ville d’Art et d’Histoire, Saint-Etienne se caractérise par ses vieilles rues bordées de restaurants, ses places animées et son tramway, le plus ancien de France. Et elle regorge de chaleureuses adresses, à commencer par la boutique de la Chocolaterie Weiss, où à peine entrée, je savais que je ne pourrais pas ressortir sans un souvenir chocolaté ! Le restaurant l’Absinthe n’est pas en reste, avec sa décoration aux tons chauds et ses plats de saison à tomber par terre (je me souviendrais longtemps de ma fameuse entrée : tartines à l’émincé de tomates et à la mozzarella fumée !) Et en terme d’hospitalité, la chambre d’hôte La Belle Etoile, située en plein centre-ville n’a rien à envier aux grands hôtels : super accueil et confort sont au rendez-vous !

La ville de Saint-Etienne fait aussi la part belle à ses nombreux musées. Il y a ceux qui s’attachent à conter l’histoire locale, comme le Parc-musée de la mine du Puits Couriot, et ceux qui ancre la ville dans la création, à l’image de son Musée d’Art Moderne, qui possède la deuxième plus importante collection d’art moderne et contemporain en France, après celle du Centre Pompidou.

Le Musée d’Art et d’Industrie présente quant à lui une collection répartie en trois sections, dans laquelle le design actuel prend sa source : les armes (que je n’ai malheureusement pas eu le temps d’aller voir) ; le ruban, spécialité de la ville, avec notamment des métiers Jacquard sur lesquels les passementiers pouvaient tisser jusqu’à 16 rubans en même temps et aussi la plus grande collection au monde de rubans ; et le cycle, la première bicyclette ayant été inventée en 1886 à Saint-Etienne.

Riche de son label Unesco, la ville s’est dotée d’un lieu accueillant espaces d’enseignement, de recherche, d’expérimentations et salles d’expositions : la Cité du design. Mariant bâtiments réhabilités (l’ancienne manufacture d’armes) et réalisations contemporaines (La Platine et la tour observatoire), cette dernière a permis à la ville d’acquérir une légitimité internationale en matière de design tout en dynamisant ce secteur économique. La Biennale Internationale Design, construite autour d’expositions, d’événements, de visites et d’ateliers valorisant la création contemporaine, s’enracine ici et se déploie sur tout le territoire stéphanois. A vos agendas : la prochaine édition aura lieu en mars-avril 2015 !

Le château de Bouthéon, situé à une quinzaine de kilomètres de la métropole, est géographiquement le premier des châteaux de la Loire. C’est aussi un château hétéroclite, avec une aile médiévale et une aile Renaissance, chaque propriétaire des lieux ayant apporté sa touche sans dénaturer ce qu’ont fait les précédents. La visite du château est ludique, car ce sont justement les fantômes des propriétaires qui nous s’animent au passage des chalands pour les guider. Du belvédère, on profite d’une vue dégagée sur 360° pour notamment contempler la plaine du Forez. Le château accueille également un aquarium présentant les poissons de la Loire et un parc animalier et botanique.

Non loin de là, au départ du petit port de plaisance de Saint-Victor-sur Loire, un bateau-croisière emmène les estivants dans les Gorges de la Loire, classées « Réserve naturelle ». Des paysages sauvages et des villages nichés dans la verdure rythment la croisière en amont puis en aval du fleuve jusqu’au barrage de Grangent.

P1060321

Le charmant village de Saint-Victor sur Loire domine ces Gorges, qu’on peut admirer depuis le château datant des XIe et XIIe siècles. Les vieilles maisons de pierre du XVIIe siècle, l’église romane, les ruelles fleuries, l’ancien chemin de ronde invitent à la flânerie et racontent l’histoire de ce village paisble. En parlant d’histoire, les cerisiers étant autrefois ici abondamment cultivés ont valu – et valent encore – aux habitants le nom de Croque-Cerises !

P1060334

Et il y a plein d’autres coins de nature à découvrir dans les alentours : du côté du parc naturel régional du Pilat, avec ses paysages contrastés et ses hameaux à mi-pente, ou encore vers les monts du Lyonnais, avec ses douces collines et ses bourgs médiévaux. Il y a encore un endroit magique, unique en Europe et né de la main de l’homme cette fois, qu’il ne faut absolument pas manquer et pour lequel je me dois de consacrer mon prochain article tout entier, tant il m’a passionné : le site Le Corbusier à Firminy-Vert

Alors, est-ce que vous vous imaginiez que le pays stéphanois avait autant d’atours ! Moi non plus ! Je tiens d’ailleurs à remercier chaleureusement Marion, qui a été ma guide pendant ces deux jours et qui m’a fait apprécier à sa juste valeur cette belle région !

Plus d’infos sur le site et sur la page facebook de Saint-Etienne Tourisme

 

133 commentaires sur “Deux jours en pays stéphanois

  1. Arrivée dans cette ville par hasard, je n’en suis jamais repartie, le plus pus beau c’est la générosité coeur des stéphanois et leur cultuure de l’accueil.

  2. Merci pour cet article qui met bien (et c’est rare!) notre ville en valeur. Si les Stéphanois ne la quittent pas c’est pour les raisons évoquées, même si comme pas mal de villes moyennes, elle possède aussi son lot de « désagréments »…

    Aussi à voir : la ville du Puy en Velay en Haute-loire.

    Merci !
    Sophie, Stéphanoise heureuse de l’être.

  3. Un grand MERCI que de mettre en valeur notre si beau patrimoine.. Notre ville est liée à son passé certes et nous ne le renions pas (nous en sommes fiers!), nous aimerions juste que les futurs touristes n’aient pas en tête que Saint-Etienne est une ville grise, froide .. les stéphanois(es) sont chaleureux accueillants et outre les endroits que vous avez cité, nous avons aussi un parc naturel régional (Le pilat)
    Merci encore!!
    Isa

  4. bonjour,
    stéphanois de naissance, je ne pourrais jamais me passer de ma ville longtemps ni de sa région.
    c’est un superbe reportage que vous avez fait
    merci à vous

  5. Stéphanois et fier de l’être, votre article est splendide. Notre ville, bien souvent jugée maussade et triste à cause de son passé, est en train de renaître, et votre article le fait bien comprendre. Nous sommes un peuple qui aimons notre ville autant que notre club de foot. ;) Nous accueillons volontiers toutes les personnes qui souhaitent découvrir notre ville et ses alentours (qui sont pour moi, les premiers atouts de la ville). La gentillesse des Stéphanois n’est pas assez reconnue en France. Tout le monde connaît le Nord et les gens chaleureux qui le peuplent, mais très peu connaissent réellement St Etienne. Donc merci à vous pour cet article.

  6. Juste un tout petit détail: administrativement Saint-Victor est un quartier Stéphanois.
    Oui c’est étrange puisque c’est en dehors de Saint-Etienne ;)
    Le village a été attribué à Saint-Etienne dans les années 80 c’est pour essayer de préserver l’identité et la trace de Saint-Victor-sur-Loire que Saint-Etienne a brièvement été appelée « Saint-Etienne-sur-Loire » mais la mayonnaise n’a pas pris donc c’est très vite redevenu Saint-Etienne.

    Je ne suis pas Stéphanoise mais je pense que Saint-Etienne a beaucoup d’atouts négligés. Mille fois merci d’avoir su montrer autre chose de cette ville. Vous avez su montrer ce que j’aime présenter aux gens de passages qui me font confiance pour les guider. Qu’on arrête avec le foot et les mines :D

  7. Très bon article, belle critique.
    Le seul problème a St Etienne c est le chômage chez les jeunes et les activités culturelles qui se meurent. Il n y a plus autant d animations pour tous publics, mais ça c’est aux nouveaux élus de le gérer! Mais oui, St-Etienne est une ville chaleureuse et accueillante, vous êtes les bienvenus!

  8. Très beau reportage, mille mercis. Stéphanoise de naissance et toujours dans cette région après 47 ans, je suis fière d’habiter ici…… ça donne vraiment envie à ceux qui ne connaissent pas St-Etienne et ses environs, car la campagne avoisinnante est merveilleuse……..

  9. C’est un bien bel hommage à notre ville…!
    Merci et dans l’attente de vous revoir pour compléter votre reportage avec des centaines d’autres richesses….! Stéphanoises…!
    Merci…!
    Phil Val.

  10. Quand on à toujours habité cette region on ne se rend plus compte de sa beauté. Cet article nous fait re découvrir comme saint etienne et ses environs sont beaux. Merci

  11. Je suis née en 1945 dans une maison,dans le centre de Saint-Etienne,j’ai vu cette ville « noire » évoluer.A l’école on nous apprenait que c’était la 7° ville de France.Malheureusement l’industrie:Manufacture d’Armes qui faisait des pièces lourdes,Manufrance faisait des fusils,la machine à coudre Omnia,et diffusait un catalogue avec des centaines de belles choses.C’était une petite révolution,tout le monde voulait ce catalogue de vente par correspondance,puis Manufrance a fermé mais le site est resté et à côté on trouve le planétarium.Beaucoup de petits armuriers travaillaient en ville autour de la place Saint-Roch avec sa cartoucherie face à l’Eglise. Les fameux vélos Mercier et bien d’autres.Les rubans:bien des particuliers avaient un métier chez eux.Ces grosses entreprises ont disparues La Manufacture d’Armes est devenue La Cité du design

  12. Merci pour ce beau reportage!!!! Je suis une stephanoise pure souche mais à 21 ans j’ai dû quitter ma ville natale pour d autres horizons. ..Mon coeur est pourtant rester à Saint-Etienne! Je n’ai jamais retrouvé la chaleur humaine que j’ai connu dans ma jeunesse! Merci d’avoir mis en valeur cette belle ville et avoir mis en lumière les couleurs qui l’animent, elle qui est trop souvent perçu en seulement 2 teintes: le vert et le noir!!!
    Je voudrais également appuyer sur la particularité qui fait un stephanois … je veux parler bien sûr du gaga stephanois! !! Fouilla que ma ville me manque ;)

  13. Merci pour ces beaux moments de photos ! et les stéphanois et stéphanoises méritent qu’ils soient vus et connus ! ainsi que leur région.Merci encore

  14. Merci pour ces belle photos, et pour ces commentaires très pertinents ! J’ai quitté Sainté plusieurs fois, j’y suis toujours revenue, et là j’ai un opportunité de m’installer dans les Bouches du Rhône, mais je ne pense pas franchir le pas…. mes montagnes et mes sapins me manqueraient trop !

  15. Merci pour ce beau reportage et pour la fidélité des photos, j’ etais sur le lac de grangent, mercredi et j’habite pas très loin du château de boutheon, les vues sont magnifiques

  16. Merci pour ce beau reportage! J’ai pu montrer la beauté des paysages de mon enfance à mes collègues québécois! J’ai maintenant plein de nouvelles choses à faire visiter à mon chum quand on reviendra en vacances!!

  17. Une très belle ville en effet. De beaux quartiers historiques, d’autres plus modernes, de l’art, de la gastronomie, de la verdure, des artistes…
    Possible de découvrir la ville à travers le roman d’Arnaud Rodamel « J’ai mon propre monde à regarder ».

  18. Bonjour Louise, tes photos sont très réussies, tu montres sainté sous un bon angle, c’est vraiment très sympa. Deux jours c’est effectivement trop court, si un jour tu dois revenir je me ferais un plaisir de t’emmener dans des lieux très sympas, insolites, des bonnes adresses à st etienne et autour également.

  19. Je suis né en face de l’ex Clinique Guinard, prés du cours Fauriel et nous allions souvent au Rond- Point, la Métare était déjà la campagne. Si j’habite la banlieue immédiate de Sainté, je reste toujours fidèle à ma ville que je retrouve avec plaisir au retour de chaque voyages. Merci pour ce reportage et ces superbes photos qui valorisent en core plus notre Ville.

  20. Je ne connais pas cette ville seulement par son équipe de foot mais aussi par Manufrance, quand j’étais enfant je regardais le catalogue que mon grand-père recevait. Il était chasseur (beurk) et il commandait ses cartouches là-bas.
    Jolie ville en effet, bises et bon week end.

  21. En tant que stéphanois d’origine, j’avoue que l’article met bien en valeur la ville..mais 2 jours de tourisme à Saint-Etienne, j’ai bien peur que ce ne soit pas un peu long..Je conseille donc également de visiter la ville de Lyon qui n’est qu’à 65 kilomètre et classé patrimoine mondial de l’Unesco!

  22. Sans doute St-Etienne était une ville noire, une ville de travail manuel, mais S-Etienne a apporté beaucoup de richesses à la France ;
    Son charbon, son acier, ses industries métallurgiques, ses armes pour la chasse, ses armes de guerre, ses fabricants de cycle, ses industries textiles et même son chocolat ( le chocolat Pupier vers les années 1900 était la deuxième chocolaterie de France )
    St-Etienne a changé, les rues restes étroites à cause de l’urbanisation sauvage de l’époque, mais il y a eu néanmoins de belles améliorations
    Je suis né en 1939 et je reste très attaché à ma ville de naissance, c’est pour moi une belle ville bien agréable à vivre. Les alentours sont magnifiques, nous avons la plaine, de nombreuses collines et le massif du Pilat notre montagne avec son sommet à 1432 m d’altitude
    Il y aurait beaucoup à dire !
    Merci pour votre article avec de très belles photos, oui merci de tout coeur
    Paul

  23. C’est tres bien décrit bravo pour l’auteur
    Ça incite vraiment à découvrir tout cette richesse caché de cette ville !!! Et ces faces imprévisibles dans tout les domaines !! Je connais un peu saint Étienne mais finalement pas autant comme je viens de faire avec cette lecture très bien faite!! Il faut se donner le temps pour apprécier les belles endroits par fpis jusye à côté de chez sois !!!!

  24. Ca m’a fait plaisir de revoir les quartiers de St.E. ou je suis ne en 1937. Nous allions faire du velo a St.Victor pendant que le barrage se construisait et il y avait de tres nombreux tunnels de chemin de fer ou nous passions en velo, car il faut dire que le barrage etait construit le long de la ligne innondee
    aujourd’hui. Aussi ces vieux quartiers, nous ne faisions meme pas attention a leurs valeurs. Je suis en Australie depuis 40 ans et je ne sais pas si je pourrai retourner a Sainte un jour (question d’age!!!!) mais la ville est encore bien gravee dans mon esprit. Salut les stephanois d’Australie.

  25. Merci pour ce très beau reportage sur Sainté,ma ville natale… que je n’oublierais pas. Et cette redécouverte ! Mais je glisserais tout de même un petit mot sur Montbrison, ma ville d’adoption. Capitale historique du Forez, elle est tout aussi riche en patrimoine touristique, entourée de villages remarquables où j’ai pu trouvé le calme et l’hospitalité de Montbrisonnais (natifs et d’adoption) et Foreziens conviviaux….

  26. L’innovation à Saint Étienne fait de cette ville une nouvelle identité déjà très riche.
    Étant designer à Saint Etienne, je constate avec joie de la grande synergie de Saint Etienne autour de l’innovation, de collectif de designer, d’innovation au entreprise et de commerce design, ou « d’atelier visionnaire », etc ….
    Malheureusement, il y a d’autre choix économie voir politique qui font par exemple que le cinéma Gaumond ne sera plus là, avec grande tristesse, à Saint Étienne, …
    Bravo pour votre point de vue !

  27. je me joins à tous ces stéphanois pour te remercier aussi!
    beau regard sur la ville et ses environs….
    j’ai aussi beaucoup feuilleté le catalogue Manufrance….
    et j’ai fait mes premiers pas …en couture sur une machine Omnia qui venait de chez Manufrance.(Papa l’avait commandé pour ma Mémé qui venait tous les mois de septembre coudre pour nous quatre…de ses petits-enfants..C’est elle qui m’a donné le goût de la couture.)

  28. Je viens de lire votre mini reportage et cela m’a fait chaud au coeur. Né à St-Etienne en avril 1948, de parents et grand-parents stéphanois, je n’ai jamais vraiment quitté ma ville. Maintenant que je suis en retraite, j’habite au Bessat, petit village dans le massif du Pilat, poumon vert des citadins. Au bout de trois jours chez moi, St-Etienne me manque et je descend faire mon petit tour. Mon fils avec son épouse et ses enfants est devenu un « croque-cerises » et ma fille habite S-Just-Malmont, mais ne lui parlé pas de la Haute-Loire, il n’y a que son St-Etienne qui compte !!!!!!! Et oui, notre famille fait partie des irréductibles Gaulois de St-E. Encore merci pour vos propos, n’hésitez pas à revenir, il y a tant d’autres belles choses à voir dans notre région.

  29. Originaire des environs de Genève, juste à la frontière, en haute-Savoie, J’ai vécu 40 ans à Saint Chamond, tout près de Saint-Etienne, et ce que j’ai le plus apprécié c’est la gentillesse des habitants, et leur sens de l’accueil, je m’y suis bien intégrée en 1967 et j’ai aimé cette région malgré tout ce que l’on m’avait prédit en abandonnant les beautés des paysages haut-savoyards !

  30. Si SAINT ETIENNE n’existait pas il faudrait l’inventer. Ils vous invite a manger a coucher
    c’est les rois de la sympathie. j’aime mon SAINT ETIENNE;

  31. Merci beaucoup pour ma chère ville de Saint-Etienne. Non non ce n’est pas du chauvinisme du tout, tout est vrai dans la description. Dommage que beaucoup ignore les trésors architecturaux, culturels et touristiques de cette ville.
    J’espère que cela donnera à certains et certaines de venir la visiter.

  32. merci pour tout ce travail effectué aboutissant à un reportage digne des plus grands centres touristiques .Mais il lui faut revenir pour parler de tous les hommes célèbres originaires de ST-Etienne:
    inventeurs/ingénieurs/musiciens/poètes/politiques/artistes/écrivains…….la liste est longue et parfois surprenante pour les Stéphanois!
    On pourrait parler aussi du 1er chemin de fer, des rambertes sur la Loire, de Manufrance et de La Grande Manu, du vélodrome et de l’école des mines : il y a encore du grain à moudre!!!!

  33. Bravo pour cet article qui reflète avec bonheur l’âme de Saint Etienne.
    Les valeurs de solidarité d’autrefois n’ont pas disparu malgré les brassages d’origines et d’âges. Si on n’y parle plus le gaga, chaque stéphanois sera disponible pour vous aider à vous y retrouver dans toutes les petites rues du centre, qui ont le goût d’ignorer l’angle droit.
    Les stéphanois vibrent de la même fierté d’y vivre, et tant pis si je reparle du foot, mais même là pour ceux qui ne sont pas forcément fans, venez assister à un StE – Lens, et vous saurez ce qu’est un stade qui vibre avec des valeurs sociales et humaines à l’unisson !
    bravo encore, et bienvenue chez nous pour les grands et les matrus !

  34. stéphanoise d’origine née a chavanelle, j’ai beaucoup changée de région mais mon cœur est toujours stéphanois, car l’automne avec les champignons, les sapins tout me manque je suis dans le midi mais a part la mer et le soleil les gens ne sont pas comme les stéphanois

  35. Les indications de prises de vues apparaissent lorsque l’on passe la souris sur les photos. Je n’ai, par contre, pas pensé à noter le nom des rues de Saint-Etienne que j’ai photographiées, sorry !

  36. Bonjour,

    Merci pour cet article et vos magnifiques photos qui mettent très bien en valeur les richesses de Saint-Etienne.
    J’espère que cela incitera de nombreuses personnes à laisser tomber leurs préjugés et à venir nous rendre une petite visite ;)

  37. merci Louise j’y suis née et pour mon travail jais du partir ailleurs je cet ou je suis née et j’aimerais revenir pour hi mourir
    Mon pays me manque mille fois merci nostalgie quand tu nous tien

  38. j’aimerais pouvoir récupérer quelques photos des métiers à tisser car j’ai un pied à terre place Jacquard !!!! et comme j’aime ma ville j’aurai plaisir à les encadrer pour les fixer sur les murs …

    est-ce possible ???? merci de ce superbe reportage !!!

  39. Superbe rétrospective sur Saint Etienne & Saint Victor
    Né en 1935, place Mi-carême à Saint Etienne
    Toute ma jeunesse s’est passée à Saint Victor
    Mes Parents avaient crée l’entreprise NOMAR…
    en 1968, j’ai créé la 1ère Agence de Design rue de Balzac à Saint Etienne
    Je vis depuis 1978 à Paris, j’ai toujours la nostalgie
    de cette région qui a marquée mon enfance

  40. Je suis, étant né en 1933, à la même adresse, l’ainé de mon frère Marcel (ci-dessus) .Nous avons aussi un jeune frère : Louis, né également en terre Stéphanoise.
    J’ai succédé au décès de nos Parents à la direction et développement de l’Entreprise « NOMAR » à St. Victor sur Loire, jusqu’à son transfère dans une usine neuve (designée par mon frère Marcel) en 1972 en Z.I. de Roche la Molière.
    Je suis retiré maintenant dans les Hautes – Pyrénées auprès de ma fille Isabelle, mais St. Victor sur Loire et son association « Les Amis de St.Victor », dont je fus le Pt. Fondateur en 1967 au Château !
    me manquent beaucoup !!!

  41. Bonjour et merci pour cet article.
    J’habite dans la région depuis un moment et je continue à y découvrir des choses passionnantes…
    A l’occasion de la dernière nuit des musées, je suis allé à la découverte du musée du vieux Saint-Etienne mais sans réelle conviction (qu’avait-il de réellement intéressant à raconter, franchement ?). Et bien ce fut une heureuse découverte et je me suis également couché moins… comment dire ? … bête !
    Le musée de la mine du puit Couriot est également incroyablement vivant et agréable contrairement à ce que le thème pourrait laisser supposé : je recommande vivement une visite en famille – effet garanti ! C’est le seul musée de ma connaissance à être aussi ‘ouvert’.
    Par ailleurs, je conseille vivement un petit plongeon dans le parc naturel du Pilat. Non seulement la faune et la flore y est remarquable (toutes les espèces de chouettes françaises sont réunies ici sur le même territoire par exemple), mais il recèle aussi bien des secrets et des mystères pour ceux que ça intéresse :)

  42. superbe reportage; toute ma famille maternelle est originaire de cette superbe ville que j’ai retrouvée il y a quelques mois après avoir déménager de la cote d’azur surfaite et très glacée de cœur,sans parler des rémoras financiers avides et toujours pressé de vous dépouiller!!né a roanne,je terminerai mon existance terrestre à valbenoite,avec une vue superbe sur la ville et le pilat;

  43. Merci pour ce très beau reportage … et tous ces témoignages réjouissants qui mettent la larme à l’oeil. Excellent outil pour combattre les stéréotypes sur Sainté qui ont encore la vie dure.

    petit message à l’attention de François , stéphanois émigré en Australie : – début 2012 , la retenue de Grangent a été vidée pour nettoyage, j’ai eu l’occasion d’aller m’y promener et d’atteindre à pied sec l’île de Grangent face aux camaldules et prendre quelques photos du site rendu à ses origines … extraordinaire de se promener sur l’ancienne voie de chemin de fer, un viaduc, voir les tunnels – si cela vous dit, je peux vous en transmettre quelques unes … Louise, merci pour votre aide

  44. Ayant habite St Genest Lerpt ds les annees 80 , j’ai redécouvert Saint E avec plaisir . Merci Louise et bisous à Joëlle et Maurice . ( ils se reconnaîtront ! )

  45. 11 années au cours FAURIEL « commissariat  » résident secteur de la gare ,inoubliable séjour ,quand on a vécu a Saint Etienne ,surtout a la grande époque des verts ,même quarante ans après ,on reste imprégné de ces gens simples et vrais ,de cette ville ,et des environs ou on trouve tout ce donc on a besoins ,la plaine ,les lacs ,la moyenne montagne — un souvenir a jamais –

  46. Bravo Louise, stephanois de naissance et resident jusqu’en 1967, j’ai du quitter cette ville « noire » et lieu de travail, pour aller etudier et travailler loin, voire tres loin, il m’a fallut cet eloignement pour decouvrir toutes les qualites de cette ville , que bien des « etrangers » m’ont rapportees, a ma grande surprise . Comme ils avaient raison ! D’autant que ce n’est pas un repaire de chauvins, ni de racistes…
    Impossible de ne pas faire un petit coucou a: Marc, Dede, Jean-Luc,…,Fabio, Pierre, …JEAN-LOU.???? Jean-Paul, Gilbert, Chichi!, Marc, Herve,Yves……..j’en oublie, la memoire …!
    (si seulement cette sacree tablette avait ete construite a Manufrance, j’aurais trouve depuis longtemps les lettres avec accent, parlons en de l’accent ! impossible de s’en defaire meme 50 ans apres il nous trahit a des milliers de km ! Allez les verts…..
    Jean-Louis

  47. Une stéphanoise de plus vous remercie beaucoup…
    J’adore ma ville et sa région… Tout est beau chez nous…
    –La campagne voisine, les montagnes, la plaine, la Loire et bien sure la Hte Loire…Nombreux paysages différents…
    Et surtout je nous adore nous, les stéphanois,..
    –Nous sommes accueillants, chaleureux, gentils, ouverts…et j’en passe…
    Bref, nous serons toujours ravis de vous recevoir…
    Alors, venez vite nous voir, vous en prendrez plein les yeux et surtout plein le coeur…!!!

  48. Je vous remercie énormément pour ces photos. Ancienne stéphanoise où je suis née il y a quelques décennies, j’ai ressenti une grosse émotion en les découvrant et beaucoup de souvenirs bons et mauvais ont refait surface.
    J’ai quitté Sainté pour le sud et il est vrai que pour se faire des amis c’est difficile ; la mentalité est très différente hélas.
    J’ai fréquenté l’école primaire de côte chaude avec des enseignantes SUPER dont madame Chovet qui m’a connue à 4 ans j’ai fait ma maternelle à la petite école des Baraudes avec elle (classe unique genre -petite maison dans la prairie-) près de Manevy-Michon.
    Je souhaite m’adresser à Pierre qui a des photos du barrage de Grangeant vidé ; si vous pouvez m’en envoyer 2 ou 3 ce serait sympa.
    J’embrasse tous les stéphanois.

  49. Inès : le site Le Corbusier fait l’objet d’un billet à lui tout seul, publié peu de temps après celui-ci ! Je voulais justement lui donner une place à part !

  50. je suis né rue des allies en 1944, miraculé du bombardement sur st françois le 26 mai, j’ai quitté cette ville en 1969. j’ai toujours plaisir à y revenir respirer une ambiance que l’on ne retrouve pas ailleurs (surtout pas à lyon). Votre reportage photo est tres reussi. Peut etre auriez vous aussi pu parler de la toute proche haute loire et si belle et d’où sont originaires tant et tant de stephanois. Habitant la bourgogne je suis un fervent ambassadeur de la region stephanoise et biensur un supporter des verts
    bravo de cette initiative.

  51. Bonjour Louise, Je vous remercie de toutes ces belles photos sur St E et ses environs. J’aime ma région mais vous m’avez fait redécouvrir sa beauté par ces très jolies photos. Merci encore.

  52. Bonjour,

    vous avez oublié de montrer les barres en béton ou il fait si « mauvais vivre », la délinquance grandissante, les rues sales et les commerces fermés depuis des dizaines d’années.
    Vous avez oublié de photographier les innombrables sdf et mendiants de plus en plus nombreux.
    Vous avez oublié de citer les quartiers ou il vaut mieux éviter de se promener, surtout si vous êtes une femme.
    Vous avez très bien mis en valeur le peu qui est montrable …. je fuirai cette ville dès que cela me sera possible et bon nombre de mes connaissances pensent la même chose.

    Saint Etienne est juste devenue invivable pour qui la connait vraiment.

  53. Bonjour,

    Bravo à Louise pour cet excellent reportage. Comme dit Flo c’est vrai que la population change, mais peut être que notre nouvelle municipalité fera quelque chose pour que cela s’améliore et que l’on verra rouvrir les petits commerces qui donnent la vie aux différents quartiers et arrêtons ces centres commerciaux aux entrées de ville qui dénaturent notre beau paysage. Gardons le moral notre ville est belle.

  54. Bonjour,
    Superbe ton article ! Je suis stéphanoise mais depuis plus de 4 ans je vis en région Parisienne mais mon coeur reste à St Etienne !
    Par contre coup de gueule contre certains commentaires … si Sté est invivable comme le dises certains qu’ils viennent dans certaines villes d’Ile de France …. et là ils vont pleurer ! Toutes villes à malheureusement ses mauvais quartiers et aussi son charme !!!

  55. Bonjour
    Cela se voit que vous n’étés resté que 2 jours à St Etienne.
    Vous ne savez pas ce que c’est que de vous coucher sans être certain de retrouver votre voiture le lendemain matin.
    Vous ne savez pas ce que c’est que d être réveillé à 2 h du matin par des flammes qui lèchent la fenêtre de votre chambre au 1er étage suite à l’incendie de véhicules provoqué par les pôôôvres jeunes qui s’ennuient la nuit mais qui dorment le jour.
    Vous ne savez pas ce que c’est que de rentrer chez soi et trouver la porte ouverte et tout sans dessus dessous.
    Vous ne savez pas ce que c’est que de déménager régulièrement pour croire trouver un peu de tranquillité et recommencer les cauchemars éveillés.
    Il est vrai que vous étiez invité comme vous dites et que l’on ne vous a sans doute pas fait visiter les quartiers de la cotonne, montreynaud, montplaisir, la riviére…. et j’en passe, où même la police ne va pas.
    J’ai habité 42 ans à st Etienne et je l’ai vu péricliter; lorsque je m’y suis installé en 1968, il y avait 223 000 habitants et il faisait bon y vivre, la solidarité ouvrière n’était pas un vain mot. En 2010 j’en suis parti avec un soulagement incommensurable, la population n’atteignait guère plus de 170 000 habitant, ce qui est toujours le cas aujourd’hui.
    Malgré toutes les tentatives le retour en ville ne se fait pas et je ne connais personne l’ayant quittée qui soit désireux d’y retourner pour y vivre !!!
    Y passer 1 jour, dans un hôtel cossue, gardé et payé par la mairie oui, à la rigueur mais y habiter c’est une autre histoire.
    Votre reportage est trompeur et nettement orienté, c’est dommage, vaudrait mieux dire que c’est une pub ce serait plus honnête.

    1. Le but de mon article était de mettre en valeur le patrimoine de Saint-Etienne et de ses alentours. Loin de moi l’idée et l’envie d’en faire une chronique sociale ! Il s’agissait là de tourisme, comme pour tous mes articles voyage !

  56. Trés beau reportage sur notre ville « dite noire » .Félicitation de la part d’un stéphanois lui aussi amoureux de sa ville.

    MERCI…………

  57. Henri n’a pas tort. Mais je préfère,et de loin, remercier Louise, de son reportage, en ajoutant
    que, pour s’en sortir dans la vie, et faire avancer le « schmilblick », il vaut certainement mieux et
    il est très souhaitable, de partir de ce qui est bon, de ce qui est beau, valoriser les humains et
    les bonnes choses, et la joie et l’espoir finiront par l’emporter, n’est-ce pas Henri?

  58. Bravo pour cette visite. Je suis stephanoise et mariée à un méridional depuis bientôt 40 ans. Après 25 ans en Bourgogne, nous sommes revenus auprès de nosp petits fils.
    j’aimerais connaître l’origine d’une chanson Stéphanie, à savoir : Sur les Bords du Furan. Personne ne peut me renseigner.
    MERCI.

  59. bonjour Louise, tu as fait un bon clin d’oeil sur la capitale de la loire , mais comme Flo et Henri il faut y vivre……c’est la même chose à Roanne ou j’habite pas trés loin , Louise , tu peut aussi aller dans les campagnes ligériennes ou tu pourras jouir de la nature et des sites médiévaux ect..ect.. avec ton appareil photos, car là, il te faudra pas 2 jours ……BIZ , J.P.

  60. Bonjour
    Que de belles photos. Habitant en region Parisienne je ne connaissais que tres mal la region de ‘Sainte’ La chance a voulu que je rencontre de tres agreables Stephanoises et Stephanois qui m’ont fait decouvrir les beautés de votre région. J’ai pu voir de magnifiques paysages et un tres beau musée….je n’ai qu’une envie y retourner.

  61. Belles photos, superbes commentaires…. il est dommage cependant de ne point évoquer, par le texte, voire par image le Sainté « by night »… tant il est vrai, qu’à partir d’une certaine heure, dés que se couche l’astre solaire, notre chère cité pourrait changer de nom, on pourrait donner des noms tels que « quartiers d’ Alger » ou d' »Oran »… voire même de Marseille, qui n’a pas grand chose à nous envier de ce côté là …… prévenez également vos futurs touristes de l’insécurité latente, et qu’ils n’oublient pas non plus, après les musées, de visiter notre belle mosquée, flambant neuve….
    Un stéphanois aigri et au bord des larmes…..

  62. J’ai 86 ans j’ai travaillé 30ans au fond de la mine et 15 ans dans une usine. Je suis au bout du rouleau, je ne marche plus. Vos photos mon remué le cœur, je ne vais plus a St Etienne. Notre ville est un oiseau rare qui a fait son nid autour des terrils, les gens sont autant sympathique que les colombes de la paix, Les Stéphanois c’était la casquette, la cigarette, et la flute de pain sous le bras. Cela a bien changé, mais on aime toujours notre Saint Etienne

  63. Je m’étonne tout de même du procès qui est fait à Louise pour ne pas parler des mauvais côtés de la ville de Saint-Etienne. Je tiens à rappeler que son blog n’est pas une source de revenu pour elle et qu’elle n’a donc aucun intérêt à parler d’un lieu par le mensonge, mais, au contraire, en tout objectivité. Si effectivement la vie à Saint-Etienne s’est dégradée, l’objectif de cet article n’était pas d’en faire une critique sociale, mais d’en exposer, à travers un billet fort riche et intéressant, ses points positifs. Qui plus est, si la ville décline, comme certains l’affirment, c’est en y insufflant du dynamisme et des écrits positifs et bien écrits comme celui-ci qu’elle a une chance de rebondir.

  64. Originaire de Bourg-de-Thizy (69) et vivant depuis près de 50 ans en Auvergne, j’ai admiré votre reportage qui donne envie d’y aller pour partager le bonheur et la fierté des « gagas ».

  65. Stéphanoise de naissance et de coeur, j’ai toujours été peinée de l’injuste et tenace publicité, »Saint-Etienne ville noire et triste ! ». Moi qui parcourais et parcours toujours les milliers de kilomètres de sentiers de randonnée et de petites routes touristiques qui offrent à la ville son fantastique écrin de verdure, je vous envoie un GRAND MERCI au nom de tous les stéphanois.. Sainté, c’est la chaleur humaine, de très beaux immeubles XIXè, des jardins un peu partout, des collines intra-muros…. Autour, tout près, ce sont des montagnes (Pilat et ses panoramas sur les Alpes et le Rhône;Mts du Forez et ses landes d’altitude à plus de 1600mètres; Mts du Lyonnais calmes et champêtres),des vallées, une plaine verdoyante et boisée, la Loire et ses gorges magnifiques.Superbes photos !!!!

  66. Bravo pour votre reportage, mais St Etienne se meurt: la cité du design et l’asse ne font pas venir et créer des emplois durables; Sainté (comme disent les stéphanois) est une ville de vieux

  67. Merci Louise pour cette vision (enfin!) positive de ma ville de naissance.
    Pour répondre à Henri, eh bien si il y a des stéphanois et stéphanoises qui, comme moi, ont quitté leur ville pour aller trouver soi disant plus de « tranquillité » à la périphérie mais qui projettent de revenir s’y installer car nulle part ailleurs on ne retrouve cette gentillesse et cette simplicité.
    Et pour répondre à Jean Paul cette fois, bien sûr qu’il faut visiter la magnifique Grande Mosquée, elle en vaut vraiment le détour, elle fait maintenant partie du patrimoine de la ville et là aussi vous y serez très bien accueillis.

  68. et même si l’on n’est pas né dans cette ville, elle renferme en effet tellement d’histoires et d’ingéniosités ….., qu’elle en reste remarquable et remarquée, la preuve est faite tout au long de ces beaux clichés ….Il faut sacrément aimé une ville pour souhaiter entraîner derrière soi autant de passion ..Rien que pour cet engouement, bravo !

  69. Merci Louise,
    Je suis stéphanoise mais depuis plusieurs années je vis en Normandie. Merci pour ces photos ,enfin mes amis normands verront que Sainté n’est pas une ville noire et qu’il y a de merveilleux musées et bien d’autres choses à découvrir .
    Merci,merci,merci.

  70. Bonjour Louise,

    Comme beaucoup avant moi, je veux d’abord vous dire merci pour cette belle mise en lumière de notre ville. Saint Étienne et ses environs le mérite bien.
    C’est une belle et courageuse démarche que de quitter l’axe principale qui fait descendre du nord au sud tout droit par l’autoroute et qui pour peu que l’on soit distrait fait passer à coté de petits bijoux pour se retrouver les pieds dans l’eau quelque part sur la côte d’Azur.
    Saint-Etienne, c’est aussi un vrai point de départ pour de belles contrées, entre la plaine du Forez au nord, les monts du Forez à l’est ceux du lyonnais à l’ouest et enfin les monts du Pilat au sud au pied desquels la ville se niche. Il n’y a qu’a se laisser enivrer par les petites routes, les villages tous plus beau les uns que les autres et les points culminants qui permettent de voir la France sur 360°.
    Montez au crêt de l’Oeillon et regardez le soleil se lever derrière les alpes, vous verrez la chaine comme jamais, du Mont Blanc au Mont Ventoux, et le Rhône qui descend paisiblement jusqu’à la méditerranée. Tout simplement MAGNIFIQUE!!!
    Vous avez poussé jusqu’à Firminy pour découvrir l’architecture Le Corbusier, mais saviez vous que vous étiez au portes du Velay?? Là aussi, un petit trésor de géographie volcanique local…
    Je suis stéphanois de naissance « ou comme cestuy là qui conquit la toison,et puis est retourné plein d’usage et raison vivre…le reste de son age .. » à Saint-Étienne.
    Revenez nous voir, restez plus longtemps, et refaite nous un beau reportage … Merci, merci mille fois ça fait tellement du bien un regard optimiste !

  71. La découverte de St Etienne et le patrimoine riche de beauté, me donne très envie d’aller découvrir cette belle région.
    Les photos sont superbes.
    Le contact des Stéphanois, après tout ce que j’ai lu, doit être riche de chaleur et d’accueil
    Merci

  72. Bien sur que nous avons une belle ville ,elle demande à ètre découverte !!!
    Et ses environs sont encore plus beaux ; je pratique lé vélo depuis de très nombreuses années et je suis toujours en admiration ,à chaque sortie je me régale ; je me dit que je suis vraiment chanceux de résider dans cette belle région .
    Ceci dit , Excellent Reportage . ( malgré un petit frisson quand je revoit les batiments de la MANU )

  73. Je vous remercie pr cet excellent article sur ma ville d’origine, que j’ai du mal à faire reconnaitre ds d’autres départements. Vos photos sont belles et donnent l’envi de visiter la région et le coeur même de St Etienne, avec ses monuments anciens, ses boutiques de luxe, son stade bien sur, ses musées (design, art moderne, industrie, de la mine) aussi nombreux qu’intéressants. N’hésitez pas à revenir, nous vous accueillerons chaleureusement et vous proposerons même quelques recettes typiques (rapées, cuisse de grenouille panées, fourme de Montbrison, bugnes, petit vin de pays, etc…).

  74. Nous remarquons que la belle nature autour de Saint Étienne enthousiasme à juste titre beaucoup de monde….c’est d’ailleurs le seul avantage de cette ville, le plaisir d’en sortir. Depuis 40 ans nous assistons à la destruction de son patrimoine: de la disparition de son »marché aux puces » tous les dimanches (célébré dans une chanson),la Cour d’honneur de la manufacture impériale défigurée,en passant par la bien-aimée école des beaux -arts et son jardin de rocaille complètement saccagé etc. ..etc… L’écoeurement nous pousse à partir! Observons que plus la ville se désagrège,plus une population totalement indifférente et étrangère à son passé et à son devenir l’investit.Principe des vases communiquants.Un reportage sur « ce qui ne va pas à St.-E  » serait le bienvenu et plus constructif, ( Plus indépendant aussi) Chère Louise.

  75. Mille mercis, chère Louise, pour ce beau reportage qui m’a fait chaud au coeur. Vous écrivez très bien et vos photos sont de grande qualité. Votre article m’a été transmis par mail et il continue de circuler, et je vais en faire de même! Pour une fois qu’on parle de notre région sous l’angle du Beau et du Bien! Et non pas seulement sous l’angle du foot et des mines.

    Je vous recommande pour votre prochaine visite le Haut-Forez, partie de la Loire peu connue à 30 minutes en voiture de Saint-Etienne, avec ses charmants villages en pierre autour de la cité médiévale de saint bonnet le château à 900 mètres d’altitude, ses « momies » conservées dans la crypte de la Collégiale, le musée internationale de la boule de pétanque (fief d’OBUT et JB) et ses forêts de pins et sapins à perte de vue. Idéal pour se ressourcer!

    J’ai été aussi très touchés de la centaine de témoignages chaleureux et spontanés écrits par les stéphanois. Ceci montre que notre identité régionale, transmise de génération en génération dans chaque famille, et faite de valeurs simples telles que la gentillesse, l’ouverture à l’autre et l’humilité, est très forte. Stéphanoise et fière de l’être donc, depuis toujours, même si je n’habite pas pour l’instant dans la région, mais y reviens régulièrement pour voir toute ma famille.

    J’ai par contre été attristée de lire que certains esprits chagrins (mais peu) vous reprochent de ne pas être allée ici ou là, de n’avoir pas mis sous les photos certaines légendes! Voilà bien des râleurs, qui ne savent pas apprécier ce qu’ils ont. N’oublions pas que vous publiez gratuitement cet article!

    Et pire, ceux qui se plaignent amèrement ici des problèmes sociaux et économiques de Saint Etienne , comme flo ou henry ou Stéphane: je leur conseille plutôt d’agir et d’entrer en contact avec les véritables décisionnaires (maire et administrés), mais pitié qu’ils arrêtent de se tromper de cible et qu’ils ne plombent pas un site à vocation touristique.
    Vieux proverbe chinois: « il est plus utile d’allumer une bougie que de se plaindre de l’obscurité » :-)

  76. Il y a une chose que je regrette dans ce reportage magnifique, c’est de ne pas entendre le « parlé » du Stéphanois. inimitable de chaleur……..
    N’est-ce pas les gagas !! ?

  77. C’est vrai les photos sont belles! mais cela ne montre que l’aspect « conte ce fées » de Saint-Etienne,
    Mon avis ne sera pas publié car il ne faut surtout pas dire que Saint- Etienne, c’est aussi une ville qui perd 5000 habitants chaque année, que passé le centre ville, les quartiers pauvres et oubliés sont nombreux, que dans le quartier de Fac (rue Désiré Claude où j’habite, les voitures explosent et les poubelles flambent régulièrement,et que les handicapés (c’est arrivé à mon mari aveugle) se font tabasser à 9 h du mat parce qu’ils osent fermer la porte d’une camionnette qui bloque la porte de l’immeuble et qui les empêche de rentrer chez eux, car les trottoirs de cette rue sont devenus le parking autorisé de la ville! Que les jeunes, une fois leurs études terminés sont obligés de quitter la région pour trouver du travail, car la ville bat des record de chômage (mes trois enfants ont dû s’exiler) c’est vrai…à Saint -Etienne ,il y à la façade, fraîchement repeinte, celle que vous montrez, et une autre réalité soigneusement caché,dont il ne faut pas parler!

  78. Juste une petite remarque : ce n’est pas en dénigrant la ville comme le fait Michelle Bourgin que les touristes viendront plus nombreux et que le chômage diminuera. Qu’on se le dise !

  79. En accord avec toute la beauté du patrimoine que vous avez décrit ,nous sommes partis de Saint-Étienne depuis 2011 car la ville devenait invivable, nous habitons maintenant les Côtes d ´Armor et quelle qualité de vie incomparable!!!!!! Mais merci à vous de faire connaître les richesses culturelles d ´une ville

  80. Merci pour cette belle promenade à St E. et ses environs et encore on a pas tout vu !
    Pourquoi certaines personnes éprouvent-elles le besoin de faire des commentaires méchants? Oui la ville n’est pas exempte de défauts mais pourquoi toujours la dénigrer? Allez voir ailleurs, il y a des coins qui ne sont pas beaux à voir et fréquenter, même dans de très grandes villes.
    Venez ici , visitez la région, le Forez, la Hte Loire et vous serez conquis.

  81. Non, la culture n’est pas en reste. Saint-Etienne est une ville de THEATRE et compte plus de 40 troupes professionnelles. Tout a commencé après la guerre avec Jean DASTE, instigateur du théâtre populaire. Tous les styles de théâtre y sont joués, des plus intellectuels au plus populaire, et l’école de la Comédie de Saint-Etienne a une très bonne réputation, qui continue à attirer les étudiants de toute la France.
    Quant aux sorties et autres activités culturelles et sportives de qualité, nous avons l’embarras du choix, aussi bien à Saint-Etienne même que dans toute la métropole.

  82. Louise, je viens de découvrir votre blog (le lien m’a été envoyé par ma tante, forézienne exilée dans le Vaucluse). Merci, Louise pour ces belles photos et merci à tous les stéphanois qui ont ajouté leurs commentaires. Finalement, votre site devient un forum où les stéphanois parlent aux stéphanois! (un truc à inventer si ça n’existe déjà…) Et on se rend compte que, même s’ils s’en plaignent, ils sont tous très attachés à leur ville. Je ne peux m’empêcher d’ajouter mon grain de sel: je suis née à Sainté mais n’y ai pas grandi, j’ai vraiment découvert la ville après m’y être installée, à l’âge adulte, il y a presque 30 ans. Et c’est vrai que cette ville a changé. Oui, la ville se vide, le centre-ville s’est appauvri, oui le commerce souffre, les magasins ferment ou sont remplacés par des kébabs ou des boutiques de fringues tenues par des chinois, oui les boucheries hallal sont plus nombreuses que les boucheries traditionnelles, oui certains quartiers sont des ghettos, oui des voitures flambent parfois pas loin du centre-ville, oui au marché de Carnot, on se croirait en vacances au Maghreb, oui il y a des incivilités, oui il y a des sdf, des squats et des tsiganes qui font la manche, oui dans le tram aux heures de pointe, il y a des pickpocket et des frotteurs, oui, quand on se promène dans les rues, on entend des langues aux accents multiples. Oui ! Et alors ? Saint-Etienne n’a-t-elle pas toujours été ainsi, une ville ouvrière où se sont succéder des vagues d’immigration ? des paysans de Haute-Loire aux Portugais en passant par les Italiens, les Espagnols, les Belges, les Grecs, les Arméniens, les Tchèques, les Sénégalais, les Somaliens, les Algériens, les Turcs… et tous ceux qui continuent d’arriver encore aujourd’hui, la liste serait bien trot longue. Il suffit pour s’en convaincre d’aller au musée de la mine et de voir les noms sur les tableaux où les mineurs prenaient leur plaque avant de descendre au fond. Cette mixité a été, est et sera la cause de nombreuses difficultés mais on peut aussi poser un autre regard. Il suffit de chercher du côté des initiatives citoyennes, artistiques, sportives et économiques pour se rendre compte que le melting-pot stéphanois est aussi un terreau fertile. Si on nait stéphanois, on est stéphanois quelque soit ses origines. Ce qui me rend optimiste aujourd’hui pour ma ville, c’est de voir comment les jeunes, quelque soient les sonorités de leur patronyme reprennent à leur compte l’héritage culturel stéphanois. C’est la « Gaga attitude » qui leur permet de rire ensemble en forçant l’accent forézien, en employant à dessein les expressions régionales, et qui leur permet de vibrer à l’unisson dans le chaudron. Même à l’autre bout du monde, il suffit d’une phrase, d’un mot, d’une pointe d’accent pour que deux stéphanois se reconnaissent et sympathisent aussitôt. Allez, quinez pas, prenez pas le babeau et ménagez- vous ! Vive la vie, vive Sainté !

  83. Merci cet excellent article sur ma ville d’origine
    cela fait 20 ans que j’ai du quitter ma ville pour raison professionnelle mais j’y retourne 3 à 4 fois par an avec le plus grand plaisir
    j’essaye de faire connaitre notre belle région à tous mes copains Strasbourgeois mais ce n’est pas toujours facile à cause de tous ces clichés : beauseigne s’ils savaient!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Allez les VERTS

  84. Etant une ancienne Stéphanoise ayant connu les « Verts » au temps de leur splendeur? Je continue
    à les soutenir et je vous remercie de toutes ces belles photos de la région que j’ai bien connu d’ailleurs. J’habite en Isère après avoir passé qq années à Paris et Lyon, mais je n’ai jamais retrouvé la gentillesse des gens, et la convivialité qu’il y a à St Etienne, d’ailleurs je vais toujours aux Champignons dans la région en Automne, cela fait du bien au moral !!!.
    Parfois je me fait reprendre pour certaines expressions bien stephanoise , mais l’accent a un peu disparu, heureusement d’ailleurs ! beauseigne !!!!
    Bravo encore pour ces belles photos.

  85. je suis bourguignonne mariée à un stéphanois qui n’a jamais voulu quitté sa ville, Il y a bientôt 53 ans.
    A cette époque la ville était noire, mais ce qui m’avait le plus marqué c’est le parlé gaga. La ville depuis a beaucoup changé ; un oubli pour moi de taille  » le musée du vieux St-Etienne », une mine d’or pour comprendre tout le passé de la ville et celui-ci est riche. C’est une ville à la campagne tant celle-ci l’entoure.

  86. Merci merci !!! pour cette vision de St Etienne .Finies , les mines , les industries polluantes sortons de cette caricature . Je suis stéphanoise d’ adoption depuis 43 ans et , venant de la région parisienne , je n’ai jamais regretté ma venue ni ma vie ici où mes enfants ont grandi dans un bonheur simple.
    J’aime ma région , elle est belle , attachante grâce à son histoire laborieuse à ses habitants à ses paysages variés et magnifiques sans flafla .
    J’aime ST ETIENNE !

  87. grand merci pour ces photos je suis nee a st etienne mon papa travaillait a la minoterie aulagnon maman au foyer nous n’avions pas de voiture nous traversions st et a pied ou en trollet pour faire nos courses dans la 1ere grande surface monoprix aujourd’hui j’ dans les environs de st et j’etais vendeuse rue de la ville qui etais tres animee et aujourd’hui tres triste en esperant que la ville va changer encore merci pour ces photos avec mes soeurs on va faire des journees de st etienne

  88. Sainté, j’y suis né, en 37. J’ai vécu mon enfance à Unieux, vallée industrielle de l’Ondaine, plus près de la Loire où s’étendaient les usines métallurgiques Holtzer, puis Creusot-Loire.
    Connue pour ses bicyclettes, Sainté l’est moins pour son jeu de « Sarbacane ». Les armuriers qui tournaient des canons de fusil avaient eu l’idée, à la pause, de transformer, après quelques adaptations, des tubes d’acier en sarbacanes. Le jeu consiste à « souffler » depuis une distance de 8,15m, une fléchette (trait) sur une cible minuscule (12mm de diamètre). Le jeu est très localisé. Les « baveux » qui furent nombreux dans la région stéphanoise ne seraient plus qu’une cinquantaine…regroupés au sein du Comité Départemental des Jeux de Sarbacane de la Loire.
    Louise, si tu vas à Firminy pour Le Corbusier, arrête toi chez les « chevaliers de la sarbacane ».

  89. Longtemps dénigrée, souffrant de la comparaison avec sa voisine lyonnaise, ce reportage nous prouve que Saint-Etienne n’a pas à rougir… Je m’en rends compte chque jour depuis moin installation ici, il y a trois ans. Bravo pour votre travail !
    Juste une parenthèse à ceux dont les propos très limites (on croirait entendre le nouveau maire) viennent noiricir le tableau : la délinquance a toujours existé. Il est faux de dire qu’elle est plus importante maintenant qu’avant. Et l’immigration à Saint-Etienne a toujours été une vraie chance pour la ville dont j’ai beaucoup étudié l’histoire…

  90. bonjour y habitant depuis 1 an je peux vous dire que je ne suis pas d’accord avec vous c’est une ville maussade avec peu d’animation et de vie avec peu de cohérence (jamais vue une ville aussi compliqué à traverser, jamais vue autant de sens unique, jamais vu aussi peu de place de stationnement gratuit. Vous avez photographié le peu de jolie chose présente dans la ville le reste est inexistant, c’est peut être la ville du design mais aucune continuité architectural aucun patrimoine à favoriser à part le design. Les choses qui valent le coup d’œil sont le musée de la mine et leur équipe de foot ainsi que la sympathie des gens. Ne chercher pas des enseignes que vous trouverez n’empote où ailleurs, dans n’importe quel ville, il faut aller à lyon…

  91. Bonjour,
    Ancien stéphanois de 59 à 82 (La Rivière puis Valbenoite) puis monté sur Paris (université) me voilà actuellement (hélas ! )à Toulouse. Gros miroir aux alouettes où se reflètent des bipèdes à l’éphémère cordialité. Sainté et ses environs me manque (c’est nettement plus beau que la campagne toulousaine. J’espère m’y réinstaller un jour. Merci pour les photos et pour vos commentaires sur la ville aux sept collines (comme à Rome ! ). Sur l’une d’elle j’ai reconnu un coin de l’ancienne école des Bx-Arts sur la colline des Pères. Snif ! Souvenirs. Et le musée d’art contemporain présente plus d’expos intéressante que celui d’ici. Sainté est beaucoup trop méconnue et… critiquée.  » Quand vous descendrez, montez donc !  » (il manque l’accent gaga.

    1. bonjour « En descendant montez donc, vous verrez le petit comme il est grand ».
      c’est la phrase de la mère cottivet (radio Lyon ).
      pas de saint Etienne !
      À mercredi que vin mes belins belines » ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.